Une question sur le métier d’enseignant ?
Nous avons sûrement la réponse

Non, il n’est pas nécessaire d’être catholique. Comme indiqué dans l’article 37 du  statut de l’Enseignement catholique, « Au nom de l’Evangile, l’école catholique est attachée à la liberté de conscience, à l’écoute des croyances dans leur diversité et accueillante aux différents parcours personnels ». Cependant, les enseignants sont sollicités -s’ils le souhaitent- pour participer à la mise en œuvre du projet pastoral de leur établissement.

Bien sûr. Vous êtes le bienvenu. Il faudra pour cela vous inscrire aux concours de l’enseignement privé (Cafep, CRPE…) et obtenir l’accord collégial.

L‘Enseignement catholique s’efforce de proposer au recteur une nomination dans la région où vous postulez, à défaut dans les régions voisines ou celles de votre préférence. 98% des lauréats de concours de l’enseignement privé sont nommés dans l’académie de leur choix.

Le ministère de l’Éducation nationale sera votre employeur. Vous serez contractuel de droit public exerçant dans un établissement privé sous contrat avec l’État. Toutefois, votre chef d’établissement sera votre supérieur hiérarchique.

Une fois que vous serez titularisé, votre emploi vous sera assuré par les accords nationaux sur l’emploi. En cas de fermeture d’une classe ou d’un établissement, vous serez prioritaire sur tout emploi vacant dans votre discipline.

Dès aujourd’hui, jusqu’à la rentrée universitaire début octobre.

Oui, durant les deux années de master.

Oui, il n’y a pas de clause particulière en la matière.

Ce sont les deux étapes de la procédure qui permet d’être nommé dans un établissement de l’Enseignement catholique. Cette procédure est nécessaire quel que soit votre parcours (master MEEF, autre master, suppléance) pour enseigner dans notre réseau d’établissements.

Le pré-accord est un entretien que le futur enseignant passe, avec deux chefs d’établissement. Il s’agit d’évaluer la motivation du candidat pour le métier d’enseignant, et de s’assurer qu’il est bien en accord avec le projet de l’Enseignement catholique.

Si vous êtes en master MEEF, ce pré-accord est passé durant votre 1ère année de master. Si vous suivez un autre master, ou si vous voulez devenir enseignant suppléant, vous devez prendre contact, au moment de l’inscription au concours, ou dès la constitution de votre dossier de suppléance, avec le SAAR (Service d’accueil et d’aide au recrutement) le plus proche.

Le pré-accord est transformé de manière automatique en accord, sans aucune procédure particulière, lorsque l’étudiant en master MEEF en ISFEC réussit son concours. Pour les enseignants suppléants, ils doivent suivre un module de formation et être évalués positivement lors de leurs 1ères suppléances, pour que le préaccord se transforme en accord.

Cette procédure garantit :

– aux enseignants titulaires que l’Enseignement catholique fera le nécessaire pour qu’ils puissent être nommés dans un établissement de son réseau.

– aux enseignants suppléants, le renouvellement de leurs recrutements sur des emplois de remplacement selon les besoins des établissements.

Oui, pour les douze semaines de stage en responsabilité prévus au 2e semestre de M1 (quatre semaines) et au 1er semestre de M2 (huit semaines). Vous serez alors rémunéré pendant douze mois.

Non, vous devez choisir au moment de l’inscription au concours. Même s’il s’agit des mêmes épreuves et des mêmes jurys, les concours de l’enseignement public et de l’enseignement privé sont distincts.

Vous pouvez vous représenter au concours l’année prochaine ou les suivantes.

Je conserve le bénéfice du concours pour l’année scolaire prochaine afin de pouvoir repasser le master.

Le master MEEF est recommandé pour se préparer au mieux au concours. Vous y recevrez une préparation spécifique au métier et au concours, gage de réussite. Néanmoins l’accès au concours est aussi possible pour des titulaires d’un autre master. Auquel cas il leur est conseillé de contacter le SAAR (Service d’accueil et d’aide au recrutement) de leur académie.

Les titulaires d’une licence peuvent s’inscrire.

Peuvent aussi demander à débuter le parcours du master en M1, les titulaires d’un diplôme équivalent ou d’une expérience jugée équivalente, après validation des acquis. La formation en M2 est ouverte aux étudiants qui ont obtenu les 60 crédits du M1. Même si le master MEEF constitue un parcours cohérent et structuré de formation, on peut accéder en M2 en ayant obtenu les 60 crédits de l’année de M1 dans un autre master.

La formation étant partiellement financée par l’État, les frais de scolarité sont réduits au minimum. Ils sont environ de 1500 euros par an. Il est utile de noter qu’en master MEEF le stage en responsabilité de douze semaines est rémunéré pendant douze mois.

Nos établissements peuvent accueillir des étudiants de licence pour des stages d’observation, afin de leur permettre de découvrir le métier d’enseignant. Vous pouvez vous renseigner directement auprès des établissements scolaires que vous connaissez ou auprès du SAAR le plus proche.

Vous avez une autre question ?
Demandez-nous